La course au large est une discipline d’une exigence extrême, qui plus est à bord de ces géants des mers aussi puissants qu’intransigeants. Un grain de sable dans ces rouages high-tech et la machine se bloque. Toute l’année, 8 à 10 techniciens expérimentés sont mobilisés pour préparer une saison sportive. « On ne peut bien sûr pas en demander autant à une seule personne », souligne le skipper Actual, bien sûr déçu, mais « il n’y a rien à regretter, le bilan de cet engagement est très positif ».

Engagés jusqu’au bout : rendez-vous dimanche pour la parade

Le team Actual a en effet non seulement réussi a être au départ de cette Nice UltiMed, mais il a aussi décroché les honneurs lors du run d’exhibition à Marseille suivi d’une victoire sur le prologue et d’un départ en tête de la grande course, hier : « Notre objectif était d’être présent, sportivement, d’être des acteurs engagés du collectif à Marseille et à Nice, ce que nous avons réussi à faire. La grande course est terminée pour nous, mais nous serons à l’arrivée samedi pour accueillir les teams Sodebo et IDEC et nous allons tout mettre en œuvre pour participer, avec le trimaran Actual – Grand Large Emotion, à la parade finale dimanche », précise Yves Le Blevec.

L’exigence serait-elle fille de combativité et de sportivité ?

Préparer le futur

A l’issue de cet épisode Méditerranéen, le Team Actual s’attellera à préparer la suite de son programme en vue du tour du monde 2019. Une partie de l’équipe participera à la préparation de l’Ultim Sodebo en vue de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe pour Thomas Coville, mais aussi et surtout de la saison 2019 de son skipper. Le reste du team travaillera à l’organisation de la structure logistique destinée à accueillir le futur trimaran rouge et noir.

Yves va également être très rapidement accaparé par la direction de course de la « Mini en Mai », dont le départ sera lancé le 22 mai de la Trinité-sur-mer.