Armel le Cleach, skipper Maxi Banque Populaire IX

« Yves est courageux. C’est un peu comme attaquer l’Everest par la face la plus compliquée. On va suivre ça de très près. »

 

François Gabart, skipper trimaran Macif

« Yves, en partant contre les vents dominants autour du monde est vraiment un pionnier. Être à l’origine de tout ça, être le premier à faire quelque chose est intéressant : ça repousse un peu plus loin les limites de ce que nous sommes capables de faire sur un bateau à voile. Je ne sais pas s’il sera suivi par beaucoup de marins, l’exercice étant tellement difficile, ça restera quelque chose d’unique de toute façon. Même dans 50 ans, ça restera quelque chose d’extraordinaire. »

 

Francis Joyon, skipper maxi trimaran Idec Sport

« La difficulté technique majeure va être d’avoir un bateau qui reste en état sur la durée. C’est un challenge d’avoir tout le matériel qui tienne, jusqu’au bout. On est souvent obligé d’improviser, de fonctionner en mode un peu dégradé. Il y a aussi la difficulté humaine bien sûr, la fatigue s’accumule au fur et à mesure et ça rend la chose encore plus difficile. »

 

Thomas Coville, skipper Sodebo Ultim’

« C’est le seul truc que je n’aurais pas tenté. Le challenge est énorme, il est très très engagé, il est techniquement difficile. Il faut être bien armé mentalement et physiquement. Que ce soit le bateau, que ce soit Yves, que ce soit Christian (Dumard, ndlr) ou toute l’équipe qui est là autour, la maturité d’Actual… ils peuvent arriver à battre ce record ou à en faire un vrai temps de référence. En revanche, le nombre de paramètres pour résoudre cette équation est juste énorme. Ce que Yves tente aujourd’hui reflète bien sa personnalité. Il faut qu’il trouve où c’est ancré dans ses tripes. Il fait partie de ceux qui ont envie de construire l’histoire. »